CHAPITRE 1 : LES BASES DU MINISTERE DE GUERISON

INTRODUCTION

Là où est l’Esprit, là est la liberté.  2 Corinthiens 3 : 17

Jésus est venu afin que ses brebis aient la vie et la vie en abondance.  Jean 10:10.

Si donc le Fils vous affranchit, vous êtes réellement libre.  Jean 8:36.

Celui qui n’est pas totalement libre du joug de l’ennemi n’est pas en train de jouir pleinement de la vie chrétienne.  Les liens, les blocages, la maladie, les faiblesses de toute sorte ne font pas partie de notre héritage en Christ Jésus.

Notre Père céleste nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes.  Ephésiens 1 :3.

Nous avons donc un héritage.  Et comme tout autre héritage, il a ceci de particulier que seuls ceux qui prennent à cœur d’entrer en sa possession pourront pleinement en jouir.  Il y a une bataille à mener pour jouir pleinement et quotidiennement de son héritage en Christ.

Une grande partie de la population est à ce jour victime de l’esclavage de la maladie. Les fléaux de toutes sortes font leur apparition et malgré les progrès spectaculaires de la science l’homme moderne n’est ni plus ni moins qu’une victime résignée face à cette situation.

Les victimes se comptent aussi bien dans les l’église du Très Haut que dans le monde des perdus.  Frères, l’heure est à la sainte révolte. C’est le moment de se lever pour renverser cette tendance.  La bible ne nous enseigne t-elle pas que le diable est un menteur ?  Voilà sa véritable nature dès le commence.  La vérité ne se trouve point en lui. L’heure de croire à ses illusions et aux mirages qu’il projette est révolue.  Nous décidons de croire Dieu et d’accepter le verdict de la croix.

Le monde attend avec un ardent désir la révélation de Fils de Dieu (Romain 8 :19). Un puissant ministère de guérison dans l’église aura pour effet indiscutable de défoncer les portes de l’enfer et faire sortir les captifs en plus grand nombre que des milliers de jolis sermons non revêtus de la puissance de l’esprit.

La présente session a pour objectifs de nous présenter l’étendu de notre héritage en matière de guérison et de nous montrer de la manière la plus pratique ce qu’il y a lieu de faire pour non seulement être des personnes qui jouissent d’une parfaite santé en Christ, mais aussi qui font partie de l’armée de Dieu qui rend ministère à ceux là que le diable a longtemps tenu captif dans le joug de la maladie.

I- Origines de la maladie

I.1  Le péché

Le Dieu parfait avait créé dès le départ un monde parfait à sa propre image

Deutéronome 32 : 4   → Il est un rocher ses œuvres sont parfaites

Psaumes 18 : 30  →  Les voies de Dieu sont parfaites ; Psaumes 139 : 13 -16

→ Fais merveilleusement

Le verdict de Dieu à la fin de la création est « Très bon » Genèse 1 : 31.

Dans ce monde parfait, il n’y avait pas la maladie.

Les choses doivent donc être claires dans notre esprit : le Dieu parfait ne peut pas être celui qui est à l’origine de la maladie.

C’est Lucifer auteur du péché qui est à l’origine de la maladie.

Lucifer est le premier dans l’univers à avoir violé la loi divine.

Ezéchiel 28:15  → Tu étais parfait jusqu’à ce que l’iniquité soit trouvée en toi

Puis il entraîna avec lui l’humanité toute entière dans la rébellion

Romain 5:12 → Par un seul homme le péché est entré dans le monde.

Psaumes 51:7 → Ma mère m’a conçu dans le péché.

A partir de cet instant le monde parfait était déstabilisé.

Le péché est donc la semence qui a apporté dans ce monde la corruption, la maladie et la mort.

1 Corinthiens 15:56 → L’aiguillon de la mort c’est le péché.

Dès cet instant le corps de l’homme a cessé d’être un corps glorieux pour devenir le « corps de notre humiliation » Philippiens 3:21.

Le péché n’a pas seulement apporté la maladie, la vie dans le péché maintien également les liens de la maladie.

Jean 5:14 → Va et ne pèche plus de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire.

I.2 La malédiction de la loi

Deuteronome 28:58 – 60

Dans l’ancienne alliance la bénédiction de Dieu était conditionnée à l’obéissance absolue des prescriptions de la loi.  En cas d’obéissance s’était la prospérité et la victoire sur les ennemis et la nature.  En cas de désobéissance s’était la malédiction et le retour en force des maladies de l’Egypte.

La maladie fait donc partie de la malédiction de la loi. 

I.3 Les démons

Nous voyons à travers les écritures plusieurs cas où le Seigneur Jésus guérissait certaines personnes en s’adressant directement aux esprits méchants qui les tourmentaient.

Dans ces cas de figures la maladie était d’origine démoniaque.  Une fois les démons chassés, la personne était immédiatement guérie.

Matthieu 8:16 → Chassa les esprits et guérit la maladie ; Matthieu 9:32 -33 ; Matthieu. 17:18 ; Marc 5: 15

Luc 9 :1 → Il donna au douze le pouvoir sur tous les démons avec la puissance de guérir les maladies

Luc 11 : 14

II- Les promesses de Dieu pour ma santé

Psaumes 67 :2 → Sa puissance de guérison connu parmi les peuples

Exode 15 : 26 → Je suis l’Eternel Dieu qui te guérit

Psaumes 91 : 10 → Aucun fléau n’approchera de ta tente

Jerémie 30:17 → Je te guérirai et je panserai tes plaies

Proverbes 4:20 – 22 → Sa parole est santé pour notre corps

Psaumes 55 : 22 → Il ne laisse jamais chanceler le juste

Exode 23 : 25 → J’éloignerai la maladie du milieu de toi

Psaumes 43 : 5 → Il est ma guérison ; Psaumes 67 : 2 → Il apporte la santé

La présence de Dieu apporte la guérison divine dans ma vie.

III- La mort de Christ et ma guérison

2 Corinthiens 5:17 → Celui qui est en Christ est une nouvelle créature

2 Corinthiens 4:11 → La vie de Christ se manifestant dans notre corps mortel

Galates 3 :13-14 → Racheté de la malédiction de la loi

1 Pierre2:24 → Par ses meurtrissures nous sommes guéris

Esaïe 53:4 -5 → Il s’est chargé de nos maladies

Psaumes 107:17 → Il sauve, il guérit et il délivre de la puissance de l’ennemi.

Notre Seigneur Jésus-Christ parle toujours de notre maladie au passé.  Pour lui s’est une question réglée une fois pour toute à la croix du calvaire où satan a été livré publiquement en spectacle afin que nul n’ignore la réalité spirituelle.

Par Pasteur Gwodog François

1 COMMENTAIRE

  1. Je ne peux que me rejouir d’avoir rencontre cet ami. Que le saint esprit m’en ivre encore plus et toujours afin que je ne m’en separe jamais. Que l’Eternel notre Dieu vous benissent pour l’accomplissement de cet oeuvre. Merci.

LAISSER UNE REPONSE