EXERCER L’AUTORITÉ SPIRITUELLE.

La prière de Paul pour les éphésiens.

Éphésiens 1 : «C’est pourquoi moi aussi, ayant entendu parler de votre foi au Seigneur Jésus et de votre charité pour tous les saints, je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le père de gloire vous donne un esprit de sagesse et de révélation dans sa connaissance, et qu’il illumine les yeux de votre cœur pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, et quel est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l’a déployé en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’église qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous».

Analysons cette prière :

Premièrement il parle de la foi des éphésiens au Seigneur Jésus-Christ et de leur amour pour tous les saints. Nous voulons dire que la foi au Seigneur Jésus-Christ et l’amour pour les saints vont de pair. Ce sont des fruits d’un même arbre.

Si tu dis que tu as la foi en le Seigneur Jésus-Christ et que tu n’aimes pas les frères, il y a quelque chose qui va mal avec ta foi.

Note cela : tu pourrais avoir la foi en quelque chose d’autre mais pas en le Seigneur Jésus-Christ.

Tu pourrais avoir la foi en la religion.

Tu pourrais avoir la foi en la loi.

Mais lorsque tu as la foi au Seigneur Jésus-Christ, tu as de l’amour, et de l’amour véritable pour les frères.

La question est : tous ont-ils la foi au Seigneur Jésus-Christ ?

La foi est dans le cœur, et l’amour est à l’extérieur.

Je ne peux pas voir la foi qui est dans ton cœur, mais je verrai l’amour que tu as pour les frères et je dirai : cet amour est le témoignage qu’il a la foi en Jésus-Christ.

Lorsque quelqu’un chante : j’ai la foi en Jésus ! Il pourrait même devenir un grand dirigeant. Mais si le témoignage est qu’il n’a pas l’amour pour les frères, la question c’est : est-ce qu’il a alors la foi en Jésus-Christ ?

La foi en Jésus-Christ est dans le cœur, mais ton amour pour les frères est extériorisé et est l’expression de cette foi en Christ qui est dans ton cœur.

Ceux qui ont la foi en Jésus-Christ dans leurs cœurs ont l’amour pour les frères à l’extérieur.

Frère, pose-toi la question : ai-je la foi en Jésus-Christ ?

Si oui, montre-le par ton amour pour les frères.

Si non tu as la foi en quelque chose d’autre, et non en Jésus.

Tu pourrais avoir la foi dans la religion.

La deuxième chose que nous apprenons de la prière de Paul ce sont les actions de grâces qu’il offre au Seigneur pour les frères.

Frère, permets-moi de te poser une question :

Quand as-tu rendu grâces au Seigneur pour les frères de ton assemblée ?

Sais-tu ce qu’ils constituent pour toi ?

Frère, sans eux tu perdrais beaucoup de batailles contre satan. Ils sont là comme un bouclier pour toi. Ils pourraient ne rien dire, mais ils sont une protection pour toi par leur présence. Ils sont une force pour toi.

Quand as-tu remercié Dieu pour la dernière foi pour les frères ?

Si je te demandais : quand  t’es-tu plaint d’eux pour la dernière foi ? Ce serait il y a très peu de  temps!

Frère remercie Dieu pour les frères !

Très souvent nous voyons facilement les erreurs des frères.

Voyons la bonté de Dieu en les frères.

Dans la lettre aux hébreux, il est écrit que Jésus soutient toute chose de Sa parole de puissance.

Lorsque je proclame Sa parole puissante, je libère des bénédictions.

Lorsque je proclame les paroles du diable, je libère également les choses négatives dans la vie des frères.

Les actions de grâces pour les frères sont une parole puissante.

Lorsque je manifeste de la reconnaissance, lorsque je dis : « frère, je rends grâces à Dieu pour toi, tu es une bénédiction pour moi », je libère une parole puissante.

Ta présence seule est une bénédiction dans l’église. Donc lorsque semaine après semaine dans ton assemblée tu rends grâces à Dieu pour les frères, tu es entrain de libérer des bénédictions de Dieu.

Ainsi, frère bien-aimé, apprends à exercer cette autorité au moyen des actions de grâces à Dieu pour les frères.

Ne dis pas merci au Seigneur pour ce frère, et quand tu arrives à tel autre, tu sautes, prétendant ne l’avoir pas vu. Puis tu dis merci pour un autre. Et lorsque ce frère que tu as sauté t’interpelle tu dis : ah je ne t’ai pas vu ! Cela n’est pas louable, et te fait perdre d’une certaine manière ton autorité.

Tu dois rendre grâces pour tous les frères.

C’est de cette manière que Paul avait prié pour cette église.

Nous devons faire de même. Car ça libère des bénédictions dans leurs vies.

Quand tu te lèves le matin, remercie Dieu pour les membres de ta famille, pour ton conjoint, pour vos enfants, pour ceux qui habitent chez vous ; libérant ainsi des bénédictions dans leurs vies.

La troisième leçon de la prière de Paul :

Que les frères puissent avoir un esprit de sagesse et de révélation dans la connaissance du plan rédempteur de Dieu en leur faveur. (Versets 17-18)

Ce que je demande c’est que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père qui possède toute gloire vous donne l’esprit de sagesse et de pénétration spirituelle pour que vous puissiez sonder  les mystères afin d’arriver à mieux Le connaître. Qu’Il vous accorde une pleine lumière et qu’il augmente la … de votre vision spirituelle afin que vous compreniez en quoi consiste l’espérance à la quelle vous avez été appelés et que vous sachiez quelles merveilles vous êtes en droit d’attendre.

L’espérance de son appel. Il nous a appelés au salut du péché.

Il nous a appelés à la guérison, à la délivrance, à la bénédiction, à la prospérité, à une vie abondante : il nous a appelés à cela.

C’est notre propriété en Christ Jésus.

En Jésus-Christ nous avons la guérison ; nous devons être libérés de toute maladie.

En Christ Jésus nous avons la délivrance ; les démons n’ont aucune saisie de nous.

En Christ Jésus nous avons la prospérité.

Lorsque nous parlons de prospérité, ce n’est pas pour dire que nous allons tous rouler dans de grosses voitures, ou avoir des jets privés ! Non. Mais Dieu demande que de la même manière que j’ai envoyé mes enfants à l’école, tu puisses aussi avoir de l’argent pour éduquer les tiens.

Je dois avoir de l’argent pour nourrir ma famille, pour leur donner un abri : c’est cela être prospère.

Lorsque mon enfant tombe malade, je dois pouvoir lui acheter le traitement de paludisme de trois milles francs (3000fcfa) par exemple. C’est cela être prospère.

Etre pauvre c’est le fait d’aller au lit le soir sans avoir eu quelque chose à manger ; c’est qu’en Septembre tu ne puisses pas acheter les fournitures scolaires pour la rentrée de tes enfants.

Ça ce n‘est pas la volonté de Dieu pour toi.

En Christ Jésus nos besoins doivent être satisfaits. Non pas le superflu, mais nos besoins doivent être pourvus.

Lorsque nous parlons donc d’être prospères, nous parlons de nos besoins pourvus. Nos besoins fondamentaux satisfaits.

Ce n’est pas normal qu’en tant que croyant, tu ne puisses satisfaire tes besoins fondamentaux. Non ! Nous rejetons cela au nom de Jésus.

Donc, Paul était entrain de prier afin que les yeux des frères s’ouvrent pour voir qu’en Christ Jésus il y a de l’espoir ; qu’Il nous a sauvés pour quelque chose. Et que le paquet appelé salut contient aussi la délivrance des péchés.

Le croyant ne doit se retrouver à rouler dans le bourbier du péché tout le temps. Non !

En Christ Jésus il y a de l’espoir.

Le croyant ne doit pas juste passer d’une maladie à une autre.

En Christ Jésus il y a la guérison, il y a la délivrance, il y a la bénédiction, il y a une vie abondante.

Les croyants doivent savoir, et s’approprier de ces choses.

N’accepte pas ce que Dieu ne t’a pas donné.

Dieu ne t’a pas donné les liens d’un péché, ni d’une maladie  quelconque. Non !

Dieu ne m’a pas donné les liens de la pauvreté, ou d’une vie misérable.

Il y a de l’espoir ! Alléluia !

La quatrième chose pour laquelle Paul prie : versets 19-20

Paul prie qu’ils connaissent et qu’ils expérimentent la puissance infiniment grande qui est à leur disposition.

De cela nous en avons parlé plus haut.

Sachez chers frères, et priez que les autres le sachent eux aussi qu’à notre disposition il y a la puissance infiniment grande de Dieu.

Cette puissance qui a ressuscitée Jésus-Christ d’entre les morts, la plus grande puissance.

Cette puissance là soutient notre autorité.

La puissance infiniment grande de Dieu n’a pas seulement ressuscité Jésus-Christ d’entre les morts, mais elle a placé Jésus-Christ sur le trône à droite de Dieu le père.

Jésus n’est pas seulement ressuscité du tombeau, il serait juste resté au niveau de l’homme. Mais il est monté au ciel.

La puissance qui L’a sorti du tombeau L’a aussi élevé au trône ; nous devons le savoir.

Paul nous dit que Jésus est assis loin au dessus de toute principauté, autorité, toute puissance, domination et de tout nom qui puisse être nommé.

Il a aussi prié pour que les frères sachent que toutes choses ont été mises sous leurs pieds.

Jésus est la tête de toute chose.

Paul voudrait que nous voyions Jésus ressuscité d’entre les morts, élevé au trône.

Paul voudrait que nous voyions Jésus avec les principautés et autorités sous ses pieds, toute chose mise sous Ses pieds. Parce que cette connaissance est importante pour nous.

Au-dessus de tout nom. Le nom de Jésus est au-dessus de tout nom.

Son nom est au-dessus du sida qui est un nom.

Au-dessus du cancer qui est lui aussi est un nom.

Epilepsie c’est un nom, le nom de Jésus en est au-dessus.

La folie c’est un nom, le nom de Jésus est au-dessus de ce nom.

Le diabète c’est un nom, le nom de Jésus est au-dessus de ce nom.

Toutes choses sont sous Ses pieds ; toutes choses. Amen !

Dans Galates 4 :3-7 l’apôtre Paul écrit : « nous aussi de la même manière, lorsque nous étions enfants nous étions sous l’esclavage des principes élémentaires du monde ; mais lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son fils, né de femme, né sous la loi, afin qu’il rachète ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l’adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’esprit de son fils, lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu ».

Nous apprenons trois choses de ce passage :

  • En Christ Jésus je ne suis plus un esclave.

Je ne suis plus un esclave de satan.

Je ne suis plus un esclave des œuvres de satan.

Que cela soit réglé : je ne suis plus un esclave de satan encore moins de ses œuvres.

Pourquoi ? Parce que je suis en Christ Jésus.

Par conséquent je refuse d’être un esclave de satan  et de ses œuvres.

Maladies, péchés, malédictions : je refuse.

Je me lève pour résister , parce que je ne suis plus un esclave.

 Je résiste à cet ancien maître d’esclave qui continue de vouloir me mettre sous son joug.

Le croyant n’est plus un esclave.

Il est premièrement un fils.

Je suis un fils, je suis un fils de Dieu !

Satan tu as affaire à un fils de Dieu. Au nom de Jésus va-t-en !

Au nom de Jésus-Christ,  je te parle en tant que fils de Dieu : je mets fin à ton activité dans ma vie.

C’est cela exercer l’autorité.

Je suis assis sur le trône au même fauteuil que Lui ! Au nom de Jésus-Christ va-t-en.

  • Paul dit : je ne suis pas seulement fils mais je suis héritier.

Ce ne sont pas tous les fils qui sont héritiers !

Paul voudrait que cela soit établi une foi pour toute en nous.

Parce qu’il pouvait dire : tu es un fils mais pas un héritier.

Dieu ne voulait pas qu’il y ait de la confusion, qu’il y ait quelque équivoque.

Donc, je ne suis pas seulement fils mais aussi héritier.

Je suis héritier de Dieu, cohéritier avec Christ : j’ai de l’autorité.

Nous sommes héritiers de tout ; toutes choses sont sous nos pieds.

A toi qui n’as pas encore donné ta vie au Seigneur, nous voulons te donner l’opportunité de le faire. Ceci afin que tu sois non seulement sauvé, mais que tu deviennes héritier de Dieu. Parce qu’en ce moment tu es mort spirituellement par le péché. Mais lorsque tu viendras à christ, tu seras de nouveau en vie par Jésus et tu seras élevé au trône. Et tu commenceras à exercer l’autorité spirituelle.

Sache que Jésus-Christ t’aime et Il veut te donner la vie éternelle, Il veut changer ta destinée.

Fais cette prière si tu veux venir à Jésus :

Seigneur Jésus j’ai entendu Ta voix ce jour.

Je reconnais que je suis un pécheur.

J’ai péché contre toi.

Je viens en ce jour pour me repentir de ma vie de péché.

Je Te supplie Seigneur Jésus  pardonne toute ma vie de péché.

C’est pour moi que Tu es mort sur la croix.

J’accepte le sang que tu as versé à la croix pour me purifier et me laver de tout péché.

Seigneur Jésus-Christ, je t’ouvre mon cœur ce jour.

Viens dans mon cœur maintenant Seigneur Jésus-Christ.

Et fais de moi un enfant de Dieu.

Seigneur Jésus-Christ, par l’autorité que Tu me donnes maintenant en tant qu’enfant de Dieu, je me sépare de satan au nom de Jésus-Christ.

Je me sépare de la puissance de satan au nom de Jésus-Christ.

Merci Seigneur Jésus-Christ. Remplis-moi de Ton Saint-Esprit maintenant.

Merci de m’avoir pardonné.

Merci d’avoir fait de moi ton enfant.

Merci Seigneur Jésus-Christ.

J’applaudis en action de grâce pour toi. Amen !

Luc 10:17-29 le Seigneur Jésus-Christ avait envoyé Ses disciples et ils étaient rentrés donner leur rapport  « les 70 revinrent avec joie disant : Seigneur les démons même nous sont soumis en ton nom ». Dans leur rapport les 70 nous donnent l’impression qu’ils n’étaient pas sûrs de ce qu’ils avaient avant d’être allés en mission.

Ils disent : même les démons ! Ils n’étaient pas sûrs de leur autorité.

« Et il leur dit : je voyais satan tomber du ciel comme un éclair ».

Le croyant a été élevé au ciel et satan est tombé comme un éclair.

Ça c’est le premier rappel que le Seigneur fait à Ses disciples.

Il leur dit par là de ne pas être surpris de ce que les démons leur soient soumis.

Satan est tombé et il ne s’est plus jamais relevé, il ne peut d’ailleurs jamais plus se relever.

Le croyant a été élevé au ciel où il est assis à la droite de la majesté divine.

Et le Seigneur leur dit : « Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire ».

Il leur a donné l’autorité d’écraser. C’est pourquoi le mot piétiner est le plus adéquat pour exprimer ce qu’il en est réellement.

Quand la bible utilise les termes  ‘serpents et scorpions’ c’est pour représenter les forces les plus dangereuses du mal.

Le croyant a reçu l’autorité de piétiner, d’écraser les forces les plus dangereuses du mal. Et toute la puissance des ténèbres.

Je voudrai dire que ceci inclut même le plus petit des croyants.

POURQUOI DIEU N’A-T-IL PAS AGI?

Cela est une question que très souvent les chrétiens se posent.

Seigneur, on a prié, on a jeûné, mais pourquoi n’as-tu pas agi?

Certains la posent dans leurs cœurs, d’autres à haute voix.

Il y en a d’autres qui, après avoir posé cette question ont abandonné la foi.

Je ne pense pas qu’il y ait un croyant qui jamais ne se soit posé cette question.

Regardons ce que la bible dit.

Notre Père est un Père d’amour. Il ne veut pas nous voir malade.

Il ne veut pas nous voir dans la douleur ou dans quelque difficulté que ce soit.

Il ne peut pas nous donner des cailloux au lieu du pain.

Il ne peut pas nous donner des scorpions au lieu du poisson.

Il est un Père aimable.

Ces questions nous amènent à douter de Son amour.

Cependant ce sont des questions que nous nous posons.

Pourquoi Dieu n’a-t-il pas ?

Seigneur ne te soucis-tu pas… ?

Il y a un problème avec toutes ces questions.

Nous nous attendons à voir Dieu agir, à Le voir faire quelque chose.

Mais qui doit faire quelque chose ? Dieu ou le croyant ?

Qui doit agir ? Dieu ou le croyant ?

Il y a des choses pour lesquelles Dieu doit agir.

Et il y en a d’autres pour lesquelles c’est le croyant qui doit agir.

Il y a des situations où Dieu doit agir. S’Il n’agit pas rien ne sera fait.

Il y a des choses par contre où le croyant doit agir. S’il ne le fait pas rien ne se passera.

Nous devons retenir cela très clairement.

Dieu ne viendra pas exercer l’autorité dans ton lieu de service à ta place.

Dieu ne va pas chasser satan à ta place.

Dieu ne va pas réprimander les démons à ta place.

Si tu n’agis pas la situation restera la même.

Et tu vas commencer à te poser des questions : pourquoi Dieu n’agit-Il pas ? pourquoi ne Se soucie-t-Il pas ?

Pourquoi a-t-il permis que telle ou telle autre chose se passe ?

Non Dieu n’a pas permis que les choses se passent ainsi. C’est le croyant qui a laissé ces choses se passer ainsi.

Il faut que nous le retenions très clairement. Il y a des choses au sujet desquelles Dieu doit agir. Mais il y en a aussi pour lesquelles c’est le croyant qui doit agir.

Luc 9 :1 «Jésus ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir  les maladies ».

Qu’en serait-il si les disciples rencontraient une personne possédée et qu’ils avaient couru vers Jésus Lui dire n’y a que Lui pour l’en délivrer ?

Qu’aurait fait Jésus ? Il serait resté tranquille. Parce qu’Il leur a donné le pouvoir d’aller le faire.

Donc lorsque nous posons la question : Seigneur pourquoi n’as-tu pas agi? Nous devons faire très attention.

Il a déjà agi en te donnant l’autorité d’aller le faire.

Et Il est entrain de t’attendre, Il attend que tu le fasses.

Pourquoi Dieu n’a-t-il pas agi? Non c’est le croyant qui doit agir.

Il n’a pas exercé l’importunité à ce moment là.

Il a prié une première, une deuxième et une troisième fois et il a dit : Dieu c’est ton tour.

Demander au Seigneur de faire ce que nous sommes sensés faire, c’est le manque de foi.

Dis : j’ai la foi et j’exercerai mon autorité en Christ.

Une autre manière de prier c’est de s’adresser au diable, à l’ennemi.

S’adresser à celui qui parle, celui qui est derrière la maladie.

Tu dis en tant qu’enfant de Dieu : j’ai l’autorité sur toi, je m’adresse à toi.

Plusieurs de nos prières sont mal orientées.

Demander à Dieu de faire ce pour quoi Il nous a déjà donné le pouvoir de faire c’est mal orienter notre prière.

Evidemment il y a des prières qui s’adressent à Dieu.

Mais Il nous a donné des ordres pour nous adresser à certaines situations.

Lorsque tu vas donc prier, la première question c’est : à qui adresser cette prière ?

Je prierai le Père, au nom de Jésus pour une fraîche onction.

Je Le prierai de faire de moi un vase de gloire entre Ses mains pour faire Son œuvre.

Je Le prierai comme cela, puis je me tournerai vers cette situation et ma façon de prier changera.

Je m’adresserai maintenant à la maladie, aux démons, aux tempêtes, à la pluie… Je parlerai maintenant aux situations, parce que Dieu m’a préparé pour cela.

Je jeûnerai, je prierai pour une fraîche onction.

Je prierai pour un niveau plus élevé de sainteté et de consécration.

Je prierai pour l’intimité avec Dieu, pour une plus grande puissance.

Et lorsque je ferai face à certaines situations, une autre manière de prier prendra place.

Je m’adresse à la situation, à la voix qui parle derrière cette situation.

Je m’adresse à la main derrière cette situation, aux méchants esprits derrière la situation.

Comprends-tu cela ? Ceci est très important, car nous devons donner une bonne direction à nos prières.

Il y a des choses que Dieu fera et que Lui seul peut faire.

Et il y a des choses pour lesquelles Il va dire : Mon Co-ouvrier, toi va le faire ! Ce n’est pas à Lui de le faire.

Ce n’est pas Lui qui viendra faire des disciples. Il te dit : va et fais des disciples !

Il dit : va chasser les démons, va guérir les malades, va briser les malédictions, …

On s’adresse à la situation, on s’adresse au mal et non demander à Dieu de faire ce que Lui a demandé que nous fassions.

Marc 11 : 23-24  «je vous le dis en vérité si quelqu’un dit à cette montagne : ôte-toi de là et jette toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. C’est pourquoi je vous dis : tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez  reçu et vous le verrez s’accomplir».

C’est au croyant de s’adresser à la montagne, pas le Seigneur.

Il nous a donné le nom ! Si tu dis à cette montagne de se déplacer et d’aller se jeter dans la mer, ce sera fait.

Soit béni!

Par professeur Joseph Mbafor

LAISSER UNE REPONSE